Le loropetalum bonsai : fiche d’entretien pratique

Publié le : 23/09/2021 20:26:10
Catégories : Fiches de culture et d'entretien

Le loropetalum bonsai : fiche d’entretien pratique

Voilà un bonsai que nous apprécions tout particulièrement à la pépinière mais qui est souvent méconnu des amateurs : le loropetalum. Décoratif tout au long de l’année avec son feuillage persistant, il est surtout étonnant par sa floraison spectaculaire.

Les différents types de loropetalums

Le loropetalum est originaire d’Asie centrale où il pousse à l’état naturel. Il existe cependant deux genres dans la nature :

  • Le loropetalum vert est un arbre qui peut atteindre 10 mètres de haut et qui résiste assez bien au froid. Il est présent dans toute la Chine, sa fleur blanche étoilée et sa pousse vigoureuse en fait un arbre de jardin très prisé. Peu fréquent en bonsai, il est pourtant très intéressant car il est résistant et facile à conserver ;
  • Le loropétalum rouge ou pourpre est plus connu chez nous. Il est originaire de la province du Yunnan, au sud de la Chine, et il craint le froid. Il faudra obligatoirement le protéger et ne supportera pas des températures en dessous de -10°C. Il est très prisé en Chine la couleur rouge est très recherchée dans l’Empire du Milieu. 

Contrairement au loropetalum vert, le loropetalum rouge n’est pas un arbre, mais un arbuste. A l’état naturel il ne mesure guère plus d’un mètre de haut et son tronc n’excède pas 5 centimètres de diamètre.

En février-mars, les rameaux du loropetalum rouge se couvrent entièrement de grappes de fleurs roses. Il refleurit ensuite en août/septembre. C’est donc l’un des rares bonsais avec une floraison remontante.

Le loropetalum en bonsai et sa superbe floraison rose

Comme souvent en bonsai, notamment pour les pins ou les érables, les professionnels essayent de profiter du meilleur des deux mondes en faisant des greffes. On trouve ainsi de gros loropetalums rouges issus de greffes de branches « rouges » sur tronc « vert ». 

C’est un travail d’orfèvre dont le résultat laisse les initiés éblouis. Au fil des années, le point de greffe devient complètement invisible. 

Un arbre greffé sera ainsi plus résistant au gel mais il faut faire attention aux rejets sur le porte-greffe qui doivent être éliminés. Ces rejets ont un feuillage différent mais surtout le loropetalum vert est plus vigoureux que le rouge, et peut facilement puiser toute la force au détriment de la partie greffée.

Il est dit que les arbres greffés vivent moins longtemps. En 30 ans de culture, je n’ai pas constaté une dégradation des sujets que je cultive.

Bois mort sur un bonsai loropetalum

Comment cultiver et entretenir un loropetalum en bonsai ?

Emplacement 

Le loropetalum rouge est originaire du Yunnan, une région tempérée au sud de la Chine. Il demandera plus de protection que le vert. Nous vous conseillons de ne pas jouer avec le feu, et de les cultiver en serre froide dès les premiers signes de gelée. 

Si vous habitez une région qui n’est pas très froide, protégez simplement les racines en entourant le pot de papier bulle ou en le mettant sous un bon paillis. C’est toujours les racines qui vont craindre le gel, rarement les branches. Mais lorsque la température frise les -10°C, c’est protection hors gel obligatoire.

Evitez de le mettre en intérieur ; c’est un bonsai d’extérieur et il ne supportera pas de rester en décoration dans votre salon. Au pire, trouvez-lui une place dans une véranda non chauffée pendant la saison froide.

Le loropetalum en bonsai aime le soleil et la lumière, nécessaire pour avoir une couleur de feuillage intense. Mais n’apprécie pas pour autant les fortes chaleurs (c’est un arbre qui pousse de façon endémique sous un climat tempéré). Il faut éviter qu’il se dessèche et se déshydrate, ce qui provoquera des feuilles brulées. 

Lors de périodes de canicule, n’hésitez pas à le mettre à mi-ombre. Nous avons tendance à considérer que le loropetalum nécessite les mêmes conditions de culture qu’un érable du Japon.

Arrosage

Le loropetalum apprécie d’avoir les pieds au frais, dans un substrat qui est toujours humide (n’exagérez pas non plus, il ne pousse quand même pas au milieu des rizières). Donc arrosez dès que le dessus du substrat est sec, et sans attendre.

En été, il faudra arroser tous les jours. De l’automne au printemps suivant, les pluies régulières suffisent souvent à lui donner l’eau dont il a besoin, mais n’hésitez pas à vérifier régulièrement. En l’absence de pluie, arrosez quand même une fois par semaine.

Loropetalums en bonsai dans notre pépinière

Rempotage et substrat

S’il y a des arbres qui supportent les rempotages drastiques, ce n’est pas le cas du loropetalum. Allez-y doucement, en coupant seulement les racines nécessaires pour donner de l’espace dans le pot. Evitez également de les peigner ou de les mettre complètement à nu. Vous prendriez un risque, surtout avec un vieux sujet.

Afin de conserver un sol frais, ajoutez une bonne part de matière organique à votre substrat. A la pépinière, nous utilisons un terreau agricole composé de tourbe noire, tourbe blonde, terre végétale, fumier de cheval, pouzzolane.

Le rempotage se fera au début du printemps, avant le débourrement. Si les jeunes bonsais sont rempotés tous les 2 ou 3 ans, pour les sujets les plus âgés vous pouvez attendre généralement 5 ans avant de rempoter.

Le conseil de la pépinière : ne rempotez pas suivant un calendrier mais en fonction des besoins du bonsai. C’est-à-dire lorsque le pot est plein de racines, que l’eau a du mal à pénétrer dans le substrat. En cas de doute, soulevez le bonsai de son pot et regardez comment est le pain racinaire. Si vous pouvez planter une baguette en bois dedans, attendez l’année suivante.

Fertilisation

De mai à octobre, en donnant un engrais équilibré tous les deux mois.

Comment tailler un loropetalum en bonsai ?

Une taille franche est à réaliser après la floraison. C’est un arbre qui supporte bien une taille sévère qui permettra de développer rapidement de nouvelles pousses, même sur les plus vieilles branches.

Le loropetalum ramifie et se densifie donc très rapidement, même s’il ne permet pas d’avoir une fine ramification. C’est plutôt un arbre avec un feuillage léger.

Les nouvelles pousses sont flexibles et délicates, et donc simples à tailler voir ligaturer pour ajuster la mise en forme. En revanche, le bois plus ancien est beaucoup plus dur et cassant. Pour couper une branche qui a plusieurs années, il vous faudra une bonne paire de pince bien coupante.

La taille d’entretien se fait régulièrement durant la saison de pousse, dès qu’un rameau a développé 4 paires de feuilles. Taillez alors au dessus des 2 premières paires de feuilles.

Eliminez les pousses qui apparaissent sur la partie inférieure du tronc, surtout s’il s’agit d’un arbre greffé, afin de ne pas laisser se développer des branches de la variété souche.

» Voir tous nos loropetalums en bonsaï