BONSAI CADUQUES

Un arbre a feuilles caduque voit ses feuilles changer de couleur à l'automne et tomber. Vous profitez alors d'un moment particulier avec de belles couleurs dans des tons jaunes et oranges. Passée cette saison, le bonsaï se met à nu et vous pouvez admirer sa ramification. Année après année, en appliquant les bonnes techniques de taille, elle va devenir de plus en plus fine et de plus en plus belle. Cet aspect changeant au fil des saisons est un des atouts des bonsaïs à feuilles caduques. Ils sont également faciles à cultiver, et plus adaptés aux débutants que les conifères. Leur pousse est également rapide ce qui permet d'avoir rapidement un beau bonsaï sur vos étagères. Toutes nos variétés sont produites dans la pépinières et supportent très bien le climat local, été comme hiver.

Sous-catégories

  • Orme Japonica

    L'orme du Japon est un bonsaï à feuilles caduques qui se rapproche de l'orme de Chine, mais les feuilles sont un peu différentes. A l'automne elles prennent également une belle couleur dorée caractéristique de cette espèce. Son écorce est également plus somble et plus rugueuse ce qui lui donne toute de suite l'apparence d'un vieil arbre. On ne voit pas beaucoup d'ormes du Japon en bonsaï car leur importation d'Asie est très difficile. C'est pour cela que nous en avons cultivé en pleine terre pendant des années, à partir de boutures. Certains ont plus de 20 ans de culture, dont une partie en pot afin de former la fine ramification. C'est un bonsaï élégant qui sera une pièce emblématique au sein de votre collection.

  • Orme de Chine

    L'orme de Chine est certainement le bonsaï à feuilles caduques le plus connu tant on le voit sur tous les linéaires des grandes surfaces et des jardineries. Il est considéré comme un bonsaï de débutant et beaucoup d'amateurs ont fait leurs premiers pas dans cet arbre avec un orme de Chine. Pourtant il mériterait que son blason soit redoré auprès de tous. Il fait de petites feuilles, pousse rapidement et on obtient des plateaux de feuillages très denses en quelques années. Au fil du temps, son écorce devient plus rugueuse avec une belle patine qui marque le temps qui passe. L'orme de Chine en bonsaï se prête à quasiment toutes les formes et à toutes les esthétiques, de la forme très chinoise jusqu'à une apparence très naturelle d'un arbre dans la nature.

  • Hêtre

    Le hêtre est un bonsaï à feuilles caduques qui pousse naturellement en basse montagne mais également dans nos campagnes. Son écorce est grise et avec l'âge elle devient un peu plus rugueuse. Le feuillage est marcescent, c'est-à-dire qu’il reste attaché à l’arbre même après la mort des feuilles en automne, et ceci souvent jusqu’à ce que le gonflement printanier des bourgeons le fasse tomber. Le hêtre en bonsaï est robuste et vigoureux, il pousse rapidement bien que la formation d'un gros tronc passe obligatoirement par une culture en pleine terre, ce que nous avons fait dans notre pépinière. Les feuilles se réduisent un peu mais pas suffisament pour créer de petits bonsaï convainquants, ce qui prédestine le hêtre à des bonsaïs de plus de 50cm de haut. C'est également une variété qui se prête merveilleusement bien à la création de forêts !

  • Ginkgo Biloba

    Le ginkgo biloba est un des plus vieux arbres que l'on trouve sur terre. C'est un bonsaï à feuilles caduques en forme d’éventail qui est très apprécié pour sa coloration automnale jaune-or. On le surnome aussi l'arbre aux milles écus. Sa croissance est très lente, et cela prend des années pour former un bonsaï de bonne taille, même en pleine terre. Il apprécie le soleil et supporte bien la chaleur. Les caractéristiques de l'espèce font que c'est un bonsaï qui sort un peu des canons de l'esthétique traditionnelle, c'est un arbre un peu à part mais c'est également cela qui fait son intérêt au sein d'une collection !

  • Charme

    Le charme commun est l'une des espèces les plus rustiques. Très courant dans nos campagnes, c'est également un excellent choix pour ceux qui recherchent un bonsaï à feuilles caduques facile et sans problème. Ses feuilles se réduisent assez facilement ce qui permet de créer de petits bonsaïs très convainquants. Le charme est également une essence de choix pour la création de forêts. Il suppporte bien le soleil, même si au milieu de l'été il est conseillé de me mettre à mi-ombre pour que ne pas que ses feuilles soient brulées. A l'automne le feuillage du charme vire au jaune, et même si cela n'est pas aussi psectaculaire qu'avec un érable, ecla en fait un moment particulier. 

  • Tilleul

    Le tilleul est un bonsai à feuilles caduques que l'on ne voit pas souvent, mais il n'en reste pas moins intéressant par sa vigueur et sa croissance rapide. Il est même parfois difficile de contenir cette force, mais l'avantage est que cela permet de créer des tronc massifs et de bonne taille. Au fur et à mesure que la ramification se développe par la taille successive, les feuilles se réduisent et les entre-noeuds diminuent. Il nous arrive de tailler 3 à 5 fois durant la période de croissance ! Les petites fleurs blanches et odorantes sont assez difficiles à obtenir en bonsaï mais cela n'enlève rien à l'intérêt du tilleul qui reste un arbre emblématique de nos régions.

  • Vigne

    La vigne n'est pas un arbre, c'est une liane mais elle permet de former un bonsaï à feuilles caduques qui sort un peu de l'ordinaire ! Au pays du vin, il nous semblait intéressant de montrer que l'on peut développer l'art du bonsaï avec une espèce différente avec de bon résultats. Même si on est un peu éloigné de l'esthétique japonaise, ne sous-estimez pas l'intérêt de la vigne en bonsaï. Plus qu'un simple amusement, c'est la découverte de nouvelles techniques et l'occasion d'avoir un bonsaï vraiment différent au sein de votre collection.

  • Zelkova Serrata

    Voici un bonsaï à feuilles caduques que nous apprécions tout particulièrement. Le Zelkova est avant tout destiné à être un arbre isolé de style Hokidachi, ou forme en balai. Ce style a d'ailleurs été spécialement crée pour lui, même si on le retrouve également sur les ormes en général. On apprécie ses petites feuilles et sa capacité à créer de petits entre-neouds. En hiver, la magnifique ramification devient entièrement visible, et met en valeur un tronc bien emplanté dans le sol. Facile de culture il craint cependant la sécheresse, il faudra donc l'arroser  abondamant pendant toute la période de végétation, surtout s'il est dans un petit pot. Le Zelkova est l'archétype même du bonsaï tel que beaucoup se l'imaginent.

  • Chêne robur

    Le chêne est un arbre emblématique de nos campagne et pourtant c'est un bonsaï à feuilles caduques qui n'est pas si courant. Sa croissance est très lente et il faut des années de bonne culture en plein champ pour former un tronc. Le chêne est un arbre puissant et robuste et son intérêt esthétique tient dans la capacité à donner l'image de ce vieux vénérable. Avec le temps, l'écorce juvénile et lisse se craquèle, les branches principales prennent de l'ampleur et grossissent. Le chêne en bonsaï est vraiment une école de patience et ceux que nous vous proposons ont au moins 20 ans de culture, plus de 30 ans pour les plus anciens. C'est pour cela qu'on le voit malheureusement assez peu lors des expositions de bonsaï.

  • Celtis Micocoulier

    Le micoloulier, ou celtic, est un bonsaï à feuilles caduques qui fait naturellement de petites feuilles tout en permettant d'avoir un gros tronc. Cela permet d'obtenir des bonsaïs à l'aspect massif avec une belle ramification. Son écorce lisse, dans des teintes vert-gris est très belle.A la pépinière nous en avons cultivé beaucoup en plein champ avec une ramification qui est déjà en place et qui ne reste qu'à affiner. C'est un bonsaï qui est tout particulièrement intéressant dans une hauteur allant de 40cm à 60cm. Facile de culture, le micocoulier s'adresse à la fois aux débutants qu'aux bonsaikas les plus confirmés qui trouveront là l'occasion de diversifier un peu leur collection.

  • Chêne rouge d'amérique

    De tous temps, le chêne a symbolisé la virilité, la force, l’endurance et la longévité. Mais il y a beaucoup de fausses idées quant à la pertinence du chêne comme bonsaï à feuilles caduques. Il ne supporterait ni la culture en pot ni la taille de ses racines. Nous vous montrons le contraire, le chêne rouge permet de créer de magnifiques bonsaïs pour peut qu'ils soient cultivés correctement. Sa croissance assez lente oblige à un travail de culture et de formation relativement technique. C'est pour cela que nous les avons mis en pleine terre pendant des années, souvent plus de 20 ans. Ils ont progressivement développé une écorce craquelée, caractéristique de tous les chênes d’âge respectable.

par page
Résultats 1 - 15 sur 145.
Résultats 1 - 15 sur 145.